Actualité
15 septembre 2017
Atmo Auvergne-Rhône-Alpes
Climat/Energie
Evaluation de la qualité de l’air
Recherche/coopération

CLIMAERA : un projet européen pour lutter contre le réchauffement climatique et la pollution atmosphérique

changement_climatique_local_fjpg.jpg
Partager :

Atmo Auvergne-Rhône-Alpes s’est engagé en 2017 dans le projet ClimAera soutenu par le programme de coopération transfrontalière européenne ALCOTRA. ClimAera propose de mettre à disposition des éléments et outils de planification pour accompagner les politiques publiques sur les 3 problématiques climat – air – énergie d’ici 2020.

L’actualité récente ainsi que les connaissances scientifiques établies depuis plusieurs années tendent effectivement à démontrer qu’il devenu nécessaire de concilier ces trois thématiques environnementales et leur bonne intégration financière dans la société afin de pouvoir agir de manière coordonnée au niveau des politiques publiques de lutte contre le réchauffement climatique, d’amélioration de la qualité de l’air et de maitrise de l’énergie.

De ce projet ClimAera sont attendus de multiples résultats parmi lesquels :

  • L’amélioration de connaissances sur différents sujets à l’échelle du bassin d’étude (scénarios futurs d’émissions atmosphériques, d’indicateurs en rapport avec la contribution de biomasse bois, impacts du changement climatique sue les émissions de qualité de l’air…)
  • Des propositions pour maximiser l’efficacité des mesures pour le changement climatique et la qualtié de l’air ainsi que sur les aspects économiques liés.
  • La diffusion des connaissances et la sensibilisation sur ces thématiques.

Parmi les connaissances actuelles permettant de lier toutes ces thématiques, Robert VAUTARD, chercheur au laboratoire des sciences du climat et de l’environnement de Paris-Saclay, révèle que « le changement climatique associé à des émissions polluantes va contribuer à faire augmenter l’ozone car les modifications du climat perturbent les réactions chimiques ainsi que le transport vers la stratosphère. Du coup, un réchauffement de 3°C de la planète pourrait limiter les résultats des efforts d'amélioration de la qualité de l'air en Europe en 2050 »

A l’autre bout du monde, certaines villes prennent des mesures parfois surprenantes pour tenter de limiter la hausse des températures, c’est notamment le cas de Los Angeles qui a récemment peint les routes en blanc mais qu'en est-il de l'impact sur la qualité de l’air ?