Partager :

Voilà une évidence que l’on oublie souvent : à chaque instant nous respirons. Ainsi, partout, tout le temps, nous sommes connectés à l’air. Mais le connaissons-nous vraiment ? Avec la série d'articles #TousConnectés, nous allons tenter d'en savoir un petit peu plus.

Les enfants ont repris le chemin de l'école, les étudiants ont retrouvé les bancs de l'université et chacun s'est remis au travail. Bref c'était la rentrée. L'automne est déjà là et bientôt ce sera l'hiver qui s'installera sur nos territoires. Si ce dernier est annonciateur de joies innombrables (la tartiflette !), l'hiver est aussi une période critique pour la pollution de l'air.

Voici donc 7 idées à adopter dès à présent pour respirer un meilleur air.

 

1- Se mettre au vélo 

Saviez-vous qu'un automobiliste est plus exposé à la pollution dans sa voiture qu'un cycliste sur la route ?  En effet, La pollution peut être jusqu'à 10 fois supérieure dans un habitacle de véhicule que sur une piste cyclable !

Les bénéfices d'une activité physique comme le vélo sont toujours supérieurs aux risques de s’exposer à la pollution de l’air. De plus, la contribution du vélo à la pollution est quasi nulle : il ne rejette aucune particule, aucun dioxyde d'azote, aucun gaz carbonique, rien.

Aucune excuse donc pour ne pas enfourcher sa bicyclette. Si vous avez peur d'avoir mal aux jambes, profitez vite de la prime pour l'achat d'un vélo électrique de l'Etat (jusqu'au 31 janvier 2018) ou de certaines collectivités.

L'astuce : L'application Air to Go sur iOS et Android vous aide à choisir le trajet le moins pollué !

 

fotolia_69004918_m.jpg
Ce cycliste a tout compris : il préserve sa santé et agit pour une meilleure qualité d l’air

 

2 - Tester l'éco-conduite

Pour certains, il est difficile d'échapper à la voiture : pas d'infrastructure de transports en commun, longs trajets, emploi du temps difficile... Pourtant, si on doit absolument utiliser une voiture pour se déplacer, on peut quand même réduire ses émissions de polluants et de gaz à effet de serre.

On connait déjà le covoiturage, l'autopartage... mais une des solutions les plus simple est l'éco-conduite. Comment fait-on ? On modère ses accélérations, on anticipe par exemple un rond-point en décélérant quelques centaines de mètres en amont au lieu de freiner au dernier moment.  Idem pour les feux rouges.

Cela permet de diminuer de 20% vos émissions de polluants et d'économiser autant de carburant !

L'astuce : L'excellente application GECO AIR vous aide à diminuer l'impact de vos déplacements ! 

 

L'écoconduite permet de diminuer de 20% vos émissions de polluants et d'économiser autant de carburant !

 

3 - Faire réviser ou changer son appareil de chauffage

Nos modes de chauffage peuvent être une forte source de pollution pour nos intérieurs et pour l'air extérieur. Le chauffage au bois par exemple peut être fortement émetteur de particules lorsqu’il est pratiqué dans de mauvaises conditions.

Ainsi, il est fortement conseillé de choisir l'appareil avec le meilleur rendement possible (voir le label flamme verte ), de le faire vérifier chaque année par un professionnel qualifié et de respecter les consignes et bonnes pratiques d'utilisation.

Les autres types de chauffage à combustible doivent aussi être surveillés (gaz, essence, fuel, éthanol etc.). En cause, le monoxyde de carbone, gaz asphyxiant provoquant maux de tête, nausées, fatigue voire des comas et dans les cas les plus grave le décès.

Les astuces : si vous envisagez de changer votre appareil de chauffage au bois, vérifiez si vous pouvez bénéficier de la prime Air Bois

 

fotolia_2105000_m-2.jpg
Les poêles à bois de dernière génération proposent des performances optimales

 

4 - Aérer son logement tous les jours

Deux fois par jour même ! Alors oui, à l'automne les températures baissent et il pleut. Nous nous réfugions dans les petits cocons que sont nos maisons et appartements... Mais un nid douillet associé à un air sain, c’est mieux non ?

Pour cela, ayez le réflexe d’aérer votre intérieur au moins 10 min, 2 fois par jour en ouvrant les fenêtres en grandCela permet de renouveler l’air chargé de polluants provenant de sources intérieures (produit de nettoyage, matériaux de construction, mobilier, moquettes... ) et de l’assainir. 

L'astuce :  N'hésitez pas à aérer ... même si l'air extérieur semble pollué ! Mieux : aérez en période creuse, entre 8h et 11h le matin ou entre 22h et minuit le soir

 

j0431761_2.jpg
Aérer sa chambre à coucher tous les matins est une bonne idée pour assainir l'air de la pièce

 

5 - Utiliser des produits de nettoyage sains

Vous n'imaginez pas tout ce qui peut détériorer la qualité de l’air de nos intérieurs : appareils de chauffage, matériaux, colles, peintures, parfums chimiques, plastiques, tabac... Parmi cette liste, les produits d'entretien ménagers tiennent une place importante. La bonne nouvelle c'est que nous pouvons agir sur leur utilisation.

D'abord, respectez bien les doses indiquées, cela vous évitera d'émettre des polluants dans votre intérieur sans raison. Ensuite, privilégiez les produits labellisés : Ecolabel européen et NF environnement en tête. Ils vous garantiront un niveau d’exigence élevé en termes de limitation des impacts sur votre environnement. 

L'astuce : N'oubliez pas les recettes de grand-mère ! Les ingrédients naturels qui les composent sont souvent plus sains pour nos intérieurs.

 

carrousselplan_de_travail_1.png
Pour protéger ma santé au quotidien, j'évite d'utiliser des produits nocifs pour mon intérieur,je privilégie notamment des produits labellisés

 

6 - Trouver des lieux préservés

La pollution de l'air, ce n'est pas partout, tout le temps ! Même dans un environnement très urbain, il existe des zones préservés avec une bonne qualité de l'air, où il est bon de se ressourcer. 

Les espaces ouverts comme les espaces verts, les parcs, les jardins ou les rues piétonnes constituent par exemple des espaces de respiration parfaits pour des activités de plein air. Ils permettent la circulation de l'air et la dispersion des polluants. Avant de se balader, d'aller courir ou de boire un verre, cela vaut donc le coup de regarder les cartes de prévision de la qualité de l'air pour trouvez les endroits privilégiés !

L'astuce : Nos études montrent que les concentrations de polluants décroissent rapidement au fur et à mesure que l’on s’éloigne d'un axe de circulation. Pour vos balades en ville choisissez donc des quartiers à faible circulation ou éloignez-vous au maximum des axes majeurs.

 

19062017_mobicitair-8.jpg
Les parcs, jardins et grands espaces urbains sont souvent synonymes de bonne qualité de l'air

 

7 - Anticiper la pollution

Nous l'avons déjà dit : la pollution, ce n'est pas partout tout le temps. Les technologies avancées et l'expertise humaine nous permettent aujourd'hui de le savoir. Donc si vous vous trouvez dans une rue polluée, peut être que la rue d'à côté l'est un peu moins. Idem pour un  itinéraire de course à pied.

Le mieux pour anticiper la pollution, c'est d'être averti ! L'application smartphone Air to Go (sur iOS et sur Android) vous préviendra par exemple lorsque vous restez trop longtemps dans une zone à risque, ou concernée par une vigilance pollution.

 

gre_sirane.jpg
Aujourd'hui nous sommes capables de prévoir la qualité de l'air à la rue près

 

D'autres outils peuvent vous permettre d'anticiper la pollution. Pour trouver le service qui vous convient, rendez-vous sur la page Nous sommes tous connectés à la qualité de l'air