Actualité
6 mars 2017
Atmo Auvergne-Rhône-Alpes
Plans et programme d'actions

Vallée de l’Arve : renforcement des actions pour améliorer la qualité de l’air

vallearve_actu_ppa_actu.jpg
Partager :

Suite aux annonces du Ministère en Charge de l’Environnement début janvier 2017 concernant les actions opérationnelles pour la qualité de l’air présentées après les épisodes de pollution du mois de décembre, l’Etat et la région Auvergne-Rhône-Alpes ont mis en place un renforcement des actions dans la Vallée de l’Arve.

Lors de son déplacement en Haute-Savoie le samedi 25 février, Ségolène Royal a rappelé son intention de faire de la Vallée de l’Arve un « territoire respirable » et elle a présenté un plan d’action visant à lutter contre la pollution de l’air. Dans la même optique, la veille, le Président de la région, Laurent Wauquiez a émis les mêmes souhaits, en insistant sur la volonté « d’inverser la courbe de la pollution d’ici 2018 ».

Ces investissements, aussi bien du côté de la région, qu’au niveau national témoignent de la volonté d’améliorer durablement les conditions de qualité de l’air au niveau de la vallée, particulièrement impactée par les polluants, du fait d’activités concentrées et d’une faible dispersion.

Quelles mesures envisagées ?

Plusieurs possibilités d’actions sont envisagées afin de faire de la Vallée de l’Arve un "territoire respirable", qui englobent des restrictions de circulation, des investissements forts pour un report modal vers des modes de déplacements moins polluants, une augmentation des primes pour changer les appareils de chauffage les plus polluants ou encore des financements d’actions locales.

Un certain nombre de mesures seront inscrites dans le Plan de Protection de l’Atmosphère (PPA) et dans l’arrêté d’application des mesures d’urgence en cas d’épisode de pollution qui sont en cours de révision.

Il devrait en résulter :

  • Une restriction de circulation pour les poids lourds de plus de 7,5 tonnes les plus polluants (normes Euro 0 à 3), lors du dépassement du seuil d’alerte pour les particules PM10 (80µg/m3) ainsi qu’en cas de persistance plusieurs jours au-delà du seuil d’information et de recommandations (50 µg/m3), et cela tant que la pollution sera présente.
  • Ces mesures s’appliqueront aux 41 communes couvertes par le PPA et pourraient être étendues aux tunnels de Fréjus et du Mont-Blanc.
  • La mise en place de la circulation différenciée à l’aide des certificats de qualité de l’air Crit’Air (modalités non encore définies).

 

La ministre encourage également les collectivités à mettre en place des Zones à Circulation restreinte (ZCR) afin de limiter la circulation dans certaines zones sensibles en interdisant l’accès aux véhicules les plus polluants.

De même, la région Auvergne-Rhône-Alpes, souhaite modifier la circulation de la vallée en favorisant l’utilisation du train, aussi bien pour les particuliers avec les TER que pour le transfert des camions vers le train. Dans ce cadre, une enveloppe de plusieurs dizaines de million d’euros devrait être débloquée. L’Etat prend également en compte ce report modal avec le souhait d’augmenter les capacités de l’Autoroute ferroviaire Alpine.

Pour compléter ces mesures principalement orientées sur le transport et la circulation, le nouveau PPA devrait prévoir le remplacement ou la mise aux normes des appareils de chauffage très polluants à court terme (3 ans). Dans ce cadre, depuis le1er janvier 2017, la prime du fonds air bois a été doublée en passant à 2 000€.

Des investissements supplémentaires sont prévus pour les actions locales avec les labels « villes respirables » ou encore « territoires à énergie positive » ainsi que pour la rénovation énergétique des bâtiments.

Atmo Auvergne-Rhône-Alpes s’engage auprès des territoires partenaires afin d’accompagner et  de suivre les actions en faveur de la qualité de l’air.