Indices de qualité de l'air

vue aerienne grenoble
Partager :

L'indice régional d'Atmo Auvergne-Rhône-Alpes

L’indice de qualité de l’air diffusé sur la carte de prévision quotidienne ou sur le service Air to Go est une estimation quotidienne du niveau de pollution global (de très bon à très mauvais) en tout point de la région.

  • Il s’agit d’un indice multi-polluants : 3 polluants sont pris en compte dans le calcul de cet indice : le dioxyde d’azote NO2, les particules fines PM10 et l’ozone 03. L’indice global prend la valeur du sous-indice le plus élevé des trois.
  • Il s’agit d’un indice journalier mis à jour chaque soir à minuit et réactualisé chaque jour vers 14h.
  • Il s’agit d’un indice calculé à une échelle de 10 mètres pour les agglomérations importantes (Grenoble, Lyon Saint-Etienne), pour l'agglomération d'Annecy uniquement sur l'application Air to Go et à l’échelle du kilomètre sur le reste de la région.

Cet indice est issu des modèles de prévision qui prennent en compte : 

  • la localisation de toutes les sources de polluants recensées sur le territoire (trafic, industrie, résidentiel …), 
  • la topographie, le relief et l’occupation des sols, 
  • les prévisions météorologiques,
  • les conditions de dispersion atmosphériques (mécanique des fluides).
  • les niveaux de polluants mesurés aux stations la veille,
  • des analyses statistiques basées sur un historique de données de plusieurs années

Les cartographies de polluants ainsi obtenues sont ensuite validées et ajustées quotidiennement par des experts en prévision de qualité de l’air. Elles fournissent des prévisions de la pollution atmosphérique en tout point du territoire.

Pour une même journée, les indices et  cartographies sont calculés une première fois, puis réactualisés à deux reprises.
Par exemple, pour la journée du 25 juin, une carte et des indices concernant cette journée sont diffusés le 24 juin vers 14h, puis ces mêmes données sont réactualisées le 25 juin vers 14h, et le 26 juin vers 14h (avec prise en compte des données réellement observées sur les stations de mesures). 

L'indice communal diffusé sur le site web est une agrégation de l’ensemble des indices calculés sur une commune. Il est représentatif de l’exposition des habitants d'une commune car il couple les niveaux de pollution sur l’ensemble de la commune avec la présence de population résidente. Consulter les indices communaux en Rhône-Alpes

A quoi correspond la valeur de l’indice ? 

L’indice le plus faible est égal à 1. La couleur verte correspond à une qualité de l’air très bonne à bonne. Plus l’indice est élevé, plus la carte devient rouge et plus la qualité de l’air est mauvaise.

Une valeur supérieure à 90 correspond au dépassement du seuil d’information et de recommandations pour l'un des 3 polluants concernés (NO2, O3, PM10) par le dispositif de gestion des épisodes de pollution (Arrêté inter préfectoral du 1er décembre 2014).

Une valeur supérieure à 100 correspond au dépassement du seuil d'alerte pour l'un des 3 polluants concernés (NO2, O3, PM10) au sein de ce même dispositif.

NB : Un indice de 90 correspond à une valeur de 8 pour l’indice Atmo ou à une valeur de 75 pour l’indice Européen.

grille_correspondance_indice.jpg
Grille de correspondance de la valeur de l’indice avec les seuils de l’arrêté inter préfectoral de gestion des épisodes de pollution.     

 

Les indices nationaux ATMO et IQA

L'indice ATMO permet de caractériser de manière simple et globale la qualité de l’air d’une agglomération urbaine. Il est disponible uniquement à l'échelle des agglomérations de plus de 100 000 habitants (et dans une version simplifiée pour les plus petites agglomérations).  
Il est basé uniquement sur les résultats des mesures aux stations permanentes de fond (éloigné de toute source de pollution) présentes sur l’agglomération. Un indice est calculé chaque jour, représentatif de la pollution atmosphérique urbaine de fond (ressentie par la majorité de la population) d’un territoire donné. En revanche, il ne prend pas en compte les phénomènes particuliers ou localisés de pollution relevés en proximité industrielle et automobile ainsi que dans les zones rurales. 

l'indice ATMO de 1 à 10

L'indice ATMO : un indice national

Depuis les années 70, les indices de qualité de l’air sont utilisés dans plusieurs villes du monde pour quantifier la présence de certains polluants dans l’air ambiant. Leur but principal est d’informer le public sur la pollution atmosphérique. Conçu à l’initiative du Ministère de l’Aménagement du Territoire et de l’Environnement, en France, l’indice ATMO existe depuis 1995. Le calcul de l’indice est défini au niveau national sur la base de seuils réglementaires (arrêté du 22 juillet 2004 relatif aux indices de qualité de l'air). Des travaux sont en cours au niveau national pour le remplacer par un indicateur qui puisse s’étendre à l’ensemble du territoire.

Il constitue un indicateur journalier de la qualité de l’air obligatoire pour les agglomérations supérieures à 100 000 habitants. Dans certaines agglomérations moins peuplées, un IQA (Indice de Qualité de l’Air) peut être calculé.

ATMO et ses mesures

L’indice ATMO fait l’objet d’un décret en mars 2000.
Il prend en compte quatre polluants réglementés :
• le dioxyde de soufre SO2,
• le dioxyde d'azote NO2
• l'ozone O3
 • les particules PM10

Symbolisé par une girafe, l’indice ATMO varie de 1 (très bon) à 10 (très mauvais).

Cet indice est déterminé à partir de niveaux mesurés au cours de la journée par stations de mesures représentatives de la pollution de fond (urbaines et périurbaines).
 

Méthode de calcul

Indice ATMO ou IQA sont calculés sur une journée (de 0h à 24h). Quatre polluants sont pris en compte : le dioxyde de soufre, le dioxyde d’azote, l’ozone et les particules en suspension. Ces espèces chimiques sont considérées comme les indicateurs principaux de la pollution atmosphérique. Pour chacun de ces polluants, un sous-indice de 1 à 10 est déterminé quotidiennement, l’indice final correspondant au sous-indice le plus élevé.

Consulter les indices ATMO en Rhône-Alpes
Pour plus de précisions sur ATMO dans diverses villes françaises, consulter le site Prevair

L'indice européen (Citeair)

bandeau site citeair

Deux indices sont calculés par CITEAIR :

  • Un indice représentatif de la pollution urbaine de fond (pollution à laquelle personne n’échappe)
  • Un indice représentatif de la pollution à laquelle la population est exposée près des voies de circulation, établi à partir des mesures des sites trafic.
Exemple d'un indice citeair sur la ville de Valence

Ces indices sont déterminés à partir des niveaux de dioxyde d'azote (NO2), d’ozone (O3), de particules en suspension (PM10), de dioxyde de soufre (SO2) et de CO (monoxyde de carbone), recensés au cours de la journée sur les stations de mesures. Un sous-indice est calculé pour chaque polluant, l'indice global prend la valeur du plus mauvais des sous-indices.

L'indice CITEAIR a pour objectif de présenter la qualité de l'air dans les différentes villes européennes de manière simple et comparable. 
Les indices CiteAir sur la région Auvergne-Rhône-Alpes sont disponibles directement sur le site CiteAir.

Pour en savoir plus :

- Le site Air Quality in europe (CITEAIR)
- Air Quality Now sur facebook
- Air Quality Now sur Twitter
- Application Smartphone sur Apple store  et sur Androïd

Les indices allergo-polliniques

Le risque allergique d’exposition aux pollens (RAEP) est un indice caractéristique de l’impact sanitaire lié à l’exposition au pollen. Il dépend du potentiel allergisant du pollen, de la période dans la saison pollinique, des quantités de pollens, des conditions météorologiques, de la situation géographique du capteur de pollen, etc.
Cet indice de risque allergique va de 0 (nul) à 5 (très élevé)
Un RAEP supérieur ou égal à 3, c'est-à-dire moyen, élevé ou très élevé correspond à un niveau où tous les allergiques au pollen concerné souffrent de pollinose.

La surveillance des allergène aériens débute selon les villes entre février et mars pour se terminer entre septembre et octobre.

Consulter les indices allergo-polliniques en Rhône-Alpes